Nouvel outil collectif, la PAC vise l’efficacité pour résoudre un litige. Dès 10.000 signatures, les adversaires sont informés des reproches qui leur sont faits.
Faute de solution sous 30 jours, une action en justice est ouverte à ceux qui le souhaitent.

Pour l'arrêt de la 5G  :  la PAC - Pétition Action Collective

La signature de la PAC est gratuite, une contribution n’est à prévoir que si vous allez au-delà. Les reproches étant vérifiés par nos avocats, les adversaires savent ce qu’ils risquent : un procès sérieux s’ils ne trouvent pas de solution.

Signer la pétition contre la 5G
54.261
signataires
425 en 24h
Prévenir les risques sanitaires et sociétaux causés par la 5G.

Pétition PAC contre la 5G


NOUS, citoyens conscients et informés – exposés à d'innombrables radiofréquences et technologies espionnes – entendons rappeler quelques principes simples et incontestables, destinés à promouvoir l’intérêt de tous plutôt que la spéculation de quelques-uns :

  • Le respect de la santé ainsi que le principe de précaution ont valeur légale et constitutionnelle ;
  • Le droit à l'autodétermination s'oppose à la soumission d'une population à des industriels adeptes du contrôle des citoyens ;

OR, la 5G a pour conséquences :

  • D’augmenter l’exposition globale cumulée avec celle générée par les réseaux 2G/3G/4G ;
  • De transformer le réel en un « Internet des objets » gouverné par des industriels dans leur propre intérêt sans contrôle démocratique ;

DÈS LORS, il est demandé :

  • La suspension du déploiement de la 5G dans l'attente de réaliser toutes les études nécessaires ;
  • La réalisation des études sanitaires et sociétales complètes sur les conséquences de la 5G ;

SAUF véritable solution :

  • 30 jours après que la pétition ait atteint 10.000 pétitionnaires ;
  • Les pétitionnaires se réservent le droit de saisir la Justice.

   
   

Pourquoi une PAC – Pétition Action Collective ?

Pour rééquilibrer le rapport de force entre
des citoyens ou consommateurs lésés
et des adversaires de taille.

Le projet d’action

Si la Pétition Action Collective (PAC) ne donne pas lieu à une solution satisfaisante, ceux qui le souhaitent pourrront souscrire à une action en justice contre leurs adversaires.

Tisser un réseau contre le réseau.

5g - Prison électronique

Les champs électromagnétiques artificiels déjà imposés à tous causent suffisamment de problèmes sanitaires et sociétaux pour que des industriels augmentent inutilement l'exposition de toute la population.

Arnaud Durand
Avocat au Barreau de Paris
Major à l’Université Panthéon-Assas

Nos clients ne sont ni des loufoques craignant l’avenir, ni d’irréductibles « luddistes » s’opposant à la marche forcée du Progrès. Ils essaient d’être cohérents et ont choisi de vivre dans la vraie vie.

Pour regarder des vidéos de petits chats sur un smartphone, le 4G est bien assez rapide. Est-ce que pour satisfaire 1% des utilisateurs, on doit exposer 100% de la population ? C’est un gaspillage de ressources et d’argent sans nom alors qu’il existe d’autres priorités. De plus, la révolution technologique est le cheval de Troie d’une nouvelle forme d’aliénation permettant un « totalitarisme numérique » aussi intrusif que permanent. Et l’on voudrait que tout cela se passe sans véritable débat démocratique en gobant les traditionnels argumentaires de propagande : c’est nouveau, c’est bon pour l’économie et il faut être moderne.

Christophe Lèguevaques
Avocat au Barreau de Paris
Fondateur de MySMARTcab


Les avocats


Me Christophe Lèguevaques

Christophe Lèguevaques

Docteur en droit et avocat au barreau de Paris. Il est connu pour les combats collectifs qu’il mène au travers de la plateforme d’actions collectives MySMARTcab.

Me Arnaud Durand

Arnaud Durand

Avocat au barreau de Paris, Major à l’Université Panthéon-Assas.
Avocat en droit des brevets, il intervient aussi en défense de victimes de dommages liés aux ondes électromagnétiques.

Avocat

****** ******

Vous êtes avocat et entendez défendre la cause contre la 5G ? Nous sommes ouverts à l’élaboration d’une stratégie commune. Contactez-nous pour en discuter.